Mythes de la guerre de 1948-1949.

Le 15 Mai 1948, la Grande-Bretagne décide de mettre un terme à son mandat sur la Palestine, mais ne permet pas aux Nations-Unies de "prendre le relais" pour assurer une transition pacifique.
Les réels affrontements débutent dès Décembre 1947 mettant aux prises, Juifs et Arabes en Palestine, alors qu'est annoncé la déclaration de la création de l'Etat d'Israël le 14 Mai 1948 par Ben Gourion. Dès le lendemain, les armées des états Arabes voisins envahissent la Palestine. A l'issue d'une guerre qui se prolongera jusqu'en Juillet 1949, entrecoupée de trêves, Israël gagne.
L'Etat Juif a repoussé ses frontières au-delà de ce qui était prévu par le plan de partage de l'ONU, en expulsant la grande majorité de Palestiniens résidant encore sur leur territoire, devenant ainsi des réfugiés. Ils occupent également la partie Ouest de Jérusalem qui en devient la capitale alors que la Cisjordanie et Jérusalem Est sont annexés par la Jordanie en 1950 et que la petite bande de Gaza passe, elle, sous tutelle Egyptienne en conservant son autonomie.

Israël est un Etat démocratique. Du moins pour ses citoyens Juifs, les Arabes subissant des discriminations perpétuelles dans divers domaines. Il a fallu plus de trente ans pour parvenir à acceder aux archives Israeliennes, dont encore certaines sont inaccessibles, jugées "trop sensibles".
Pourquoi ne pas avoir accepté le partage ? Cela revient à se demander pourquoi 400000 Arabes devaient devenir un minorité dans un état juif? Ou même pourquoi les Juifs, qui représentaient un tiers de la population, se voyaient-ils accorder 55% du pays ?
Tandis que les Palestiniens refusent cette injustice, les sionistes savent, eux, quel discours tenir devant les instance internationales alors qu'ils ne souhaitaient pas s'y conformer. En effet depuis de longues années, le mouvement était confronté à plusieurs propositions de partage de la Palestine notamment celle de la commission Peel en 1937. Ben Gourion en acceptait le principe mais précisait à l'exécutif sioniste : "Après la formation d'une armée importante dans le cadre de l'établissement de l'Etat, nous abolirons la partition et nous nous étendrons à l'ensemble de la Palestine".
Le texte de la déclaration d'indépendance du 14 Mai 1948 ne contient d'ailleurs aucune mention ni de la résolution du 29 Novembre 1947, ni des frontières. Alors qu'au même moment des émissaires assurent au Président Américan qu'Israël a été fondé "dans les frontières approuvées par l'Assemblée générale des Nations-Unies", violant ouvertement la résolution 181, proposant une période de transition de deux ans, afin de mettre en place une union économique.
Pourtant Ben Gourion décide la proclamation de l'Etat dès 1948, évitant tout compromis, et voulait éviter à tout prix la création d'un Etat Palestinien. Après ce 14 Mai, de nombreux villages Arabes signèrent des traités de non belligerance avec leurs voisins Juifs. A cette époque, la majorité prône la partition, mais Ben Gourion lui s'y oppose.

Cependant, il avait déjà négocié avec l'émir de Jordanie, qui lorgnait une partie de la Palestine. Les Jordaniens étaient d'accord avec les Juifs pour écraser les Palestiniens. Alors que chacun des autres pays Arabes se méfiaient les uns des autres. Comment cette guerre aurait-pu être gagné? Par un miracle? Certainement pas, les chiffres parlent d'eux mêmes. Alors que l'ensemble des forces Arabes rassemblaient 25000 soldats, les Juifs en rassemblaient eux 35000. Ajoutant également que l'Union Soviétique et ses alliés furent des soutiens moraux et matériels, voulant voir partir les Britanniques.
Après les accords d'armistice avec les Arabes en 1949, Israël s'étend sur 78% de la Palestine, non plus 55.

Pour conclure, Israël a-t-elle vraiment recherché la paix avec ses Arabes sans jamais la trouver? Faux.
Les archives rapportent qu'après la guerre, la Jordanie, la Syrie et l'Egypte nouent des contacts avec Israël, qui refuse tout concession pour la paix, Ben Gourion déclara : "Nous voulons la paix contre la paix". Pas questions donc de rendre les territoires conquis ou le retour des réfugiés Palestiniens.
Israël n'a jamais souhaité la paix, et ne la souhaite toujours pas aujourd'hui. Bien sûr, rien ne garantissait que ces "ouvertures" auraient débouchés sur la paix mais l'Etat Juif n'a jamais voulu en entendre parler.

11 votes. Moyenne 4.27 sur 5.

Commentaires (2)

1. Bernard Ducat 02/12/2010

Victimes du laxisme des alliés après la guerre, les palestiniens ne peuvent même pas avoir un port à gaza,car cela leur permettrait d'acquérir un peu d'indépendance
et tout cela sous les yeux passifs des occidentaux qui n'ont pas hésité à intervenir au koweit
le peuple palestinien oppressé est impuissant face aux sionnistes armés par les USA et bien d'autres
pendant les pourparlers de paix, israêl a colonisé de plus belle

pour ceux, comme moi, qui ne pouvons rien faire, une solution s'impose:
boycotter les produits israêliens
comme je le fais
courage, peuple palestinien, un jour, un puissant ouvrira les yeux et vous aidera
et, j'espère, le plus vite possible
vous avez mon amitié

2. Libre-Palestine 26/12/2010

Je vous remercie pour votre soutien :

Nous mêmes, nous boycottons les produits Israéliens au maximum possible en entrainant nos connaissances.

Luttons pour nos frères Palestiniens.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site