Capture de Gilad Schalit.

Gilad Schalit.

Ce nom est celui d'un soldat Franco-Israelien, né le 28 Août 1986 à Nahariya où il vécut jusqu'à l'âge de deux ans et déménage par la suite à Mitzpe Hila en Galilée Occidentale.
C'est à 18 ans qu'il obtient son diplôme avec mention à Kabri Manor High School.
C'est un an plus tard, à l'âge de 19 ans, qu'il débute son service militaire dans les Forces de défense israeliennes où il obtiendra le grade de caporal tankiste et sera par la suite promu sergent durant sa captivité.

Il est capturé et fait prisonnier le 25 juin 2006 par des Palestiniens qui avaient attaqué un poste armé près de Kerem Shalom, au sud de la bande de Gaza.
Cette capture a lieu après que les combattants Palestiniens eurent lancé une grenade dans un tank de l'armée israelienne dont deux soldats israeliens sont tués et deux autres ont été blessés,ainsi que deux combattants palestiniens furent tués par les soldats israéliens durant l'attaque tandis que le soldat Gilad Schalit, blessé, sort et est fait prisonnier.

D'après Mohammed Abdel Al, porte parole des Comité de résistance populaire, l'attaque avait été planifié depuis deux mois.
Cette offensive fut revendiqué par les Brigades Ezzedine Al-Qassam, une branche armée du Hamas, les Comités de la résistance populaire ainsi que l'Armée de l'Islam, groupe crée à la fin de l'année 2005 avec l'aide du Hamas.

Cette capture entraine réaction vive d'israel. Les efforts des forces israéliennes et de l'Autorité palestinienne pour le localiser pendant les deux jours suivants ayant été vains, Israël lance l'opération Pluie d'été le 28 juin 2006.
Pour la seule capture de ce soldat, l'opération Pluie d'été, elle comporte bouclages, incursions, arrestations et frappes aériennes sur la bande de Gaza qui feront plus de 200 morts et plus de 800 blessés Palestiniens. De plus des centaines de détenus dont des parlementaires palestiniens et des ministres Hamas de l'Autorité palestinienne sont ajoutés aux quelques 10 000 Palestiniens emprisonnés en Israël. Des dizaines de logements, bâtiments publics, routes, ponts et la principale centrale électrique du territoire sont détruits, alors que Gilad Shalit, lui n'est pas retrouvé.
Alors qu'à l'étranger, depuis son accession à la présidence de la République française, Nicolas Sarkozy appelle à la libération de Gilad Shalit, qui a la double nationalité. La diplomatie française qualifie de « nécessaire » sa libération, et insiste auprès de ses partenaires de la région pour l'obtenir.
Cette position suscite des réactions vivent ; les associations palestiniennes comparent la situation du caporal Shalit à celle de l'étudiant franco-palestinien Salah Hamouri arrêté en 2005 et condamné à 7 ans de prison pour des faits qu'il nie et s'indignent de ne pas recevoir des autorités françaises le même soutien que celui exprimé à la famille Shalit.

Gilad Shalit a été fait citoyen d'honneur de la ville de Paris, le 17 décembre 2008, de Miami en mai 2009, et de Rome le 1er juillet 2009, sans aucunes raisons particulières hormis celle d'être détenue par les forces armées Palestiniennes.

C'est un peu moins d'un an plus tard le 30 Avril 2007, que le dirigeant du Hamas, Khaled Machaal appelle les autorités israéliennes à libérer plusieurs centaines de prisonniers palestiniens en échange du soldat Gilad Shalit. Israel se montre disposé à cet échange mais refuse néanmoins que cette mesure soit appliquée à ceux qui auraient « du sang sur les mains », ce qui est le cas pour beaucoup d'entre eux, selon les Israéliens.
Alors que cette année, en juin 2009, après la guerre de Gaza, le Hamas demande la libération d'environ 1000 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, dont 550 femmes et enfants, qui ont été emprisonnés après la capture de Shalit.

C'est un an plus tard, jour pour jour après son enlèvement, le lundi 25 juin 2007, que le Hamas diffuse sur Internet un enregistrement audio de Gilad Shalit. Ce dernier y déclare notamment que « son état de santé ne cesse de se dégrader ». Lors de sa visite à la famille du soldat, le Président israélien Moshé Katsav appelle les ravisseurs à permettre une visite de la Croix-rouge auprès de leur prisonnier.

Le 2 octobre 2009, le Hamas échange une vidéo, datée du 14 septembre 2009, montrant Gilad Shalit, apparemment en bonne santé, contre 19 prisonnières palestiniennes retenues en Israël.
Cette vidéo est disponible en version originale et sous titré en Anglais sur notre site :

 

 

 

 Dans la journée d'hier, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, voulait rester prudent au sujet de l'éventualité d'un échange de prisonniers palestiniens conte Gilad Shalit, malgré des informations qui annoncait qu'israël et le Hamas étaient proches d'un accord.
"Il n'y a pas d'accord pour l'instant, et il pourrait ne pas y en avoir", a déclaré Nétanyahou, hier à Jérusalem. Alors que dans le même temps une délégation du Hamas se trouvait en Egypte pour rencontrer un médiateur allemand qui essaye de finaliser un accord. Des responsables égyptiens ont dit qu'un accord était proche, mais qu'il était peu probable qu'il soit conclu dans les prochains jours.
Alors qu'a Paris le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a affirmé que lors d'une rencontre il y a quatre jours avec le président israélien Shimon Peres, il avait reçu des "précisions positives".
 "Depuis il me semble que les choses continuent dans un sens positif. Nous n'avons pas de précision ni sur la date de libération ni sur le contenu exact de cette liste", a-t-il précisé, il ajouta ensuite "Nous avons été échaudés plusieurs fois, en attendant cette nouvelle. Je crois quand même que l'évolution d'une négociation est positive", selon l'Associated Press.

9 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site